art_35

PRINCIPES DE L'AUDIT ÉNERGÉTIQUE

PHASE 1 : APPROPRIATION DU SITE

  • Recueil auprès du Maître d’Ouvrage 
  • Enquête auprès des occupants 
  • Réalisation des relevés sur site

art_36

PHASE 2 : ÉTUDES ET CALCULS DE L'ÉTAT INITIAL

Utilisation du logiciel de simulation PROMODUL BT ou PRO 2R selon la méthode comportementale, par intégration des mesures et données relevées sur site et des règles TH-U pour les bâtiments existants.


art_37

PHASE 3 : PROPOSITIONS D'AMÉLIORATION DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

Une analyse critique du bâtiment permettra d’élaborer une liste d’actions d’améliorations envisageables. On classera les actions par niveau d’intervention ........


art_38

PHASE 4 : RAPPORT D'AUDIT ET DOCUMENT DE SYNTHÈSE

A - Etablissement du rapport d’Audit Energétique reprenant l’ensemble de l’étude décrite précédemment et présentation au Conseil Syndical afin de définir les orientations prioritaires au travers des scenarii proposés. A l’issue de cette présentation sera réalisé le document de synthèse en vue de l’Assemblée Générale.

 B - Etablissement et présentation en Assemblée Générale d’un document de synthèse décrivant de façon claire et compréhensible par tous, les trois phases évoquées plus haut, descriptif du bâtiment et de ses équipements, avec support photos, schémas, étiquettes énergétiques, tableaux comparatifs, courbes et diagrammes, les différentes propositions de travaux élaborées en accord avec le  Conseil Syndical, avec coût et résultat associés, l’analyse financière incluant les aides possibles, les temps de retour sur investissement et économies réalisées sur les dépenses énergétiques.


image_28
illustration 28 illustration 28
illustration 28
art_40

PRINCIPE DE L'ÉTUDE PRÉALABLE 42-1

ÉTUDE PRÉALABLE SUR FAÇADE

l’étude préalable a pour objet de définir les cas où le décapage n’est pas obligatoire.

Elle doit normalement avoir été exécutée au moment de l’appel d’offres sauf en cas de faibles surfaces (Référence NFP 84-404-2, Cahier des Clauses Spéciales)

En effet, l’obligation de décapage qui peut en résulter doit être prise en compte dans les remises de prix.

Les revêtements visés sont les films minces, les revêtements plastiques épais, les revêtements semis épais et les revêtements d’imperméabilité.

 L’étude préalable comporte la mesure de l’épaisseur de l’ancien revêtement organique et une série d’essais, réalisés chronologiquement et par bâtiment, sur chaque façade de surface supérieure ou égale à 50 m2 ainsi qu’en partie haute de la façade la plus exposée.

Les façades de même orientation d’un bâtiment sont considérées comme appartenant à une seule façade.

DEROULEMENT DE L'ETUDE

  1. Organisation de la visite pour accessibilité aux abords de l’immeuble et aux balcons
  2. Réalisation des mesures et tests sur les façades concernées de la résidence, dans l’ordre chronologique établi dans l’annexe A de la norme NFP 84-404-1.
  3. La rédaction des rapports comprenant les résultats des mesures et tests et les conclusions de l’opérateur.
  4. La remise et commentaire du rapport.

art_42

PRINCIPE DE L'ÉTUDE ETICS (Enduit Mince sur Isolant)

DÉFINITION DE L'ÉTUDE PRÉALABLE

Il s’agit d’apprécier les qualités résiduelles des constituants de L’ETICS (couche de base armée + revêtement de finition) : adhérence, cohésion, sensibilité à l’eau.

L’analyse se déroule en plusieurs étapes, le résultat de chaque investigation conditionnant l’exécution de la suivante).

  • Si seule la présence de salissures, micro-organismes ou faïençage est relevée, la reconnaissance est réalisée conformément à l’Annexe ci-après, article B1 « Reconnaissance préalable à l’entretien de ETICS » uniquement.
  • Si l’on observe l’un ou plusieurs des défauts ou désordres suivants, la reconnaissance doit être réalisée conformément à l’Annexe, articles B1 « Reconnaissance préalable à l’entretien des ETICS » et B2 « Reconnaissance préalable à la rénovation des ETICS » : microfissurations, fissurations, cloquages, décollements du revêtement de finition, apparition de l’armature ou de l’isolant, dégradations par vandalisme ou accident, bombement des plaques,…affectant de manière définitive les surfaces examinées.

 Dans tous les cas, il convient de vérifier qu’il n’existe pas d’infiltration d’eau qui désorganiserait l’ETICS, auquel cas celui-ci devrait être refait au moins localement.